Meduse : tout savoir sur cet animal étonnant !

by Lukas Joseph


La méduse, ce cnidaire composé à 98% d’eau, est un animal fascinant qui peuple les mers et les océans. Savez-vous que nous avons 60% de gênes en commun avec ces mystérieuses créatures ? 

Si vous voulez tout savoir sur cet invertébré original, vous êtes au bon endroit !

Vous pouvez aussi consulter notre article “10 choses incroyables à savoir sur les méduses !”

L’origine du nom “Méduse”

Ces invertébrés marins si particuliers tiennent leur nom de la divinité grecque Méduse. Selon la légende, il s’agissait à l’origine d’une jeune femme un peu trop fière de sa chevelure. Alors qu’elle se trouvait dans un temple dédié à Athéna, elle fut violée par Poséidon. Athéna entra alors dans une colère noire et la transforma en Gorgone, créature malfaisante dont le regard pétrifie quiconque pose les yeux sur elle, d’où l’expression “être médusé”.

Sa chevelure ne fut pas épargnée car Athéna  jalouse, la transforma en une multitude de serpents. C’est Persée, à l’aide de Poséidon, d’ Arès et d’Athéna, qui tua Méduse grâce au casque qu’ils lui donnèrent.

En effet, celui qui le portait avait le pouvoir de regarder Méduse sans qu’elle le voit. Il lui coupa ainsi la tête et du sang de Méduse naquit Pégase, le célèbre cheval ailé ainsi que le sanglier géant Chrysaor.

Le naturaliste suédois Carl Von Linné est le premier à nommer ces créatures marines “méduses” en raison des ondulations de leurs tentacules semblables à celles des cheveux de la célèbre divinité grecque.

6 faits surprenants sur les méduses

Vous pensiez tout savoir sur ces créatures marines ? Vous n’êtes pas au bout de vos surprises avec ces anecdotes improbables :

La méduse est immortelle

Le cycle de vie d’une méduse se divise en deux : le stade polype (lorsque l’organisme est fixé sur un support quelconque) et le stade de méduse (lorsqu’il devient mobile). Il existe une espèce de méduse : Turritopsis qui est capable de passer d’un stade à l’autre de manière intermittente :  elle serait donc, en quelque sorte, immortelle….. alors, vous y croyez maintenant ?

Une méduse géante

Saviez-vous que la plus grande méduse peut atteindre 6 mètres de longueur pour 2 mètres de diamètre avec un poids de  200 kilogrammes ! Un véritable géant des mers ! La plus petite méduse, en revanche, ne mesure que quelques millimètres.

Un animal très ancien

Les méduses sont, tenez-vous bien, plus vieilles que les dinosaures puisqu’elles existent depuis maintenant 600 millions d’années !

La durée de vie d’une méduse

Une méduse ne vit généralement pas très longtemps, quelques jours pour les plus petites et deux ans seulement pour les plus grandes. Seule la méduse casquée d’Arctique et d’Antarctique peut vivre plus de 30 ans.

Une bouche et un anus en même temps ?

La méduse fait partie des rares animaux dont la bouche fait office d’anus une fois la digestion terminée : une particularité à laquelle personne ne s’attend  !

Un animal bien étrange

Cette mystérieuse créature ne possède pas de cœur, de cerveau, de branchies ou de poumons. Les seuls organes dont elle dispose sont la bouche, l’estomac et les rhopalies, ces organes sensoriels qui leur permettent de s’équilibrer dans l’eau. Composée à 98% d’eau et à 2% de protéines, ces cnidaires ont pour système nerveux un simple réseau de cellules.

Consultez également notre article “Les Méduses Dorment-elles ?”

Top 5 des méduses les plus impressionnantes 

Cassiopea

La méduse Cassiopea vit généralement avec une algue, la zooxanthelle, qui la nourrit en abondance !  Afin de fournir assez de lumière à cette plante, la méduse Cassiopea se retourne et reste immobile. C’est pour cela que l’on surnomme cette espèce “méduse à l’envers”.

Chrysaora fuscescens

Cette méduse aux tons jaune-doré-marron-orangé est constituée de 4 bras bocaux blancs et de 24 tentacules. Autant dire que son ballet aquatique est assez impressionnant surtout lorsque l’on sait que ses tentacules peuvent atteindre 2 mètres de longueur !

Aqueore Victoria

Une méduse, un prix Nobel ? C’est possible avec l’Aqueore Victoria qui a permis à des scientifiques d’obtenir le prix Nobel de physique de 2008. Comment ? En extrayant la protéine produite par ce spécimen. Ils ont pu observer le développement de cellules nerveuses et cancéreuses humaines ce qui est tout de même incroyable !

Méduse constellée

Comme son nom l’indique, cette espèce de méduses est constellée de ravissantes petites tâches ! On peut la trouver à Hawaï, aux Caraïbes ainsi que dans le Golfe du Mexique.

Benthocodon

Le Benthocodon est une minuscule méduse qui mesure seulement 4 millimètres de diamètre mais ne vous fiez pas à son apparence ! Cette redoutable chasseuse se sert de sa couleur rougeâtre pour attirer ses proies sans se faire repérer par les prédateurs ! 

Quelles sont les méduses mortelles pour l’homme ?

S’il existe plus de 1500 espèces de méduses, seulement deux sont extrêmement venimeuses et parfois mortelles pour l’Homme. Il s’agit de deux espèces appartenant à la famille des Cuboméduses : la Chironex Fleckeri et l’Irukandji.

Chironex Fleckeri

La Chironex Fleckeri est l’animal le plus venimeux de l’océan ! Elle évolue principalement dans les eaux australiennes mais on peut également la trouver en Asie du Sud-Est. Les 4 minutes qui s’écoulent après une piqûre suffisent pour tuer un homme, à condition que la dose de venin soit équivalente à la quantité de venin contenue dans 3 mètres de tentacules.

Après la piqûre, s’ensuit une défaillance respiratoire et cardiaque qui finit par causer la mort de la victime. Si la Chironex Fleckeri attaque l’Homme seulement lorsqu’elle se sent menacée, le fait qu’elle se laisse guider par le courant et qu’elle ait une  transparence impressionnante, constitue un réel danger ! On dénombre, d’ailleurs, près de 70 morts sur les 100 dernières années dues à des piqûres de Chironex Fleckeri.

Consultez également notre article “Piqure de meduse, 8 remèdes qui soulagent” !

L’Irukandji

Bien que rarement mortelle,  l’Irukandji n’en demeure pas moins dangereuse. Cette méduse que l’on retrouve principalement sur les côtes australiennes possède des fils invisibles qui lorsqu’ils piquent  provoquent des douleurs dans les bras, jambes, dos, reins et tête, des brûlures sur la peau et le visage, des nausées et une accélération du rythme cardiaque ainsi que de l’hypertension.

Un symptôme assez original a été recensé depuis peu chez quelques individus, il s’agit du symptôme de catastrophe imminente qui se caractérise par la conviction d’une mort proche ou d’une catastrophe  inévitable. Tout comme la Chironex Fleckeri, il  n’existe pas d’antidote à sa piqûre. Toutefois, si elle est traitée durant les 20 premières minutes, le risque létal diminue considérablement. Cependant, bien que l’antidouleur atténue les symptômes, ces derniers restent présents environ deux semaines après la piqûre.

La reproduction de la méduse

Les méduses peuvent se reproduire de manière sexuée ou asexuée.

  • Reproduction sexuée

La méduse femelle avale les spermatozoïdes libérés par la méduse mâle dans la mer. Ces derniers vont alors féconder les ovules présentes dans son estomac. Les larves se développeront puis sortiront de la bouche de leur mère afin d’aller se fixer sur un rocher grâce à des sortes de cils qui leur permettront de se déplacer. Une fois adultes, elles quitteront leurs rochers pour nager librement à travers les océans.

  • Reproduction asexuée

Les méduses peuvent se reproduire par bourgeonnement (également possible lors de la reproduction sexuée). En effet, les méduses-mères peuvent produire des méduses-filles sans l’intervention de méduses mâles. Les méduses-filles se colleront sur la surface de la méduse-mère (pour une durée de quelques jours) jusqu’à atteindre l’âge adulte.

Importante de la méduse dans l’écosystème marin

La méduse joue un rôle prépondérant dans l’équilibre de l’écosystème pélagique marin. En effet, sa prolifération entraîne une modification non négligeable du zooplancton dont elle fait partie. De cette façon, elle contribue à la diminution de l’ensemble de la faune et la flore marines !

D’ailleurs, en 2013, l’Organisation des Nations Unies a conseillé l’inclusion de cet animal dans notre alimentation afin de de sauver un bon nombre d’espèces maritimes… ce qui nous amène à notre dernier point…

Une méduse comme repas ?

On termine sur cet aspect plutôt original de la méduse. Riche en protéines et en glucides, elle connaît un succès culinaire sans failles en Asie du Sud-Est plus précisément en Chine et au Japon où elle est très populaire (soupes, salades). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cet animal n’est pas gélatineux mais a plutôt une consistance semblable à du caoutchouc assez agréable en bouche ! 

On espère que vous en avez appris un peu plus sur cet animal pour le moins étonnant ! Alors,êtes-vous prêt à déguster une soupe de méduse?