Méduse immortelle : La Turritopsis nutricula , un animal fascinant

by Lukas Joseph


La Turritopsis nutricula est une méduse de 4 à 5 millimètres originaire de la mer des Caraïbes. Elle s’est multipliée dans d’autres mers en raison des activités humaines, du réchauffement climatique et de la surpêche ou autre hypothèse parce qu’elle y a été transportée par les bateaux de pêche. Elle peut avoir jusqu’à 90 tentacules à l’âge adulte.

Consulter également notre article sur “10 choses étonnantes à savoir sur les méduses !”

Sa vie se partage  en deux stades : celui de polype et celui de méduse. La forme polype est sa forme immobile car elle est attachée au fond de la mer. Son tube digestif est encerclé de tentacules. La forme méduse est sa forme libre. Elle se déplace dans les mers et peut se reproduire. Elle se reproduit grâce au bourgeonnement, de manière asexuée, ou en produisant des gamètes, de manière sexuée.

On dit qu’elle est immortelle puisqu’elle a la capacité de revenir au stade de polype. Comme dans le film l’Étrange Histoire de Benjamin Button, elle a la particularité d’inverser le processus de vieillissement. C’est le premier animal connu qui a la possibilité de revenir à la forme « colonie juvénile » après avoir atteint la maturité sexuelle.

Cette méduse rajeunit lorsqu’elle vit dans un environnement ayant des conditions défavorables comme le stress et la difficulté à se nourrir. Elle ne connaît  pas de mort naturelle. Cette méduse peut, semble-t-il,  inverser indéfiniment son processus de vieillissement. Elle n’est pas réellement immortelle car elle peut toujours être détruite,  être sujette aux maladies ou  victime d’ un accident…

La méduse immortelle : une intrigue

Cette méduse a été découverte en 1857 par John McCrady puis, en 1996, les scientifiques ont mis en évidence sa particularité. Les chercheurs ont longtemps considéré que  cette espèce était trop éloignée de l’homme mais, aujourd’hui,  ils s’interrogent vraiment sur ce point.

Depuis plus de 15 ans, Shin Kubota, professeur japonais, analyse et étudie la méduse Turritopsis nutricula pour comprendre son cycle de vie. Il souhaite, en effet,  trouver le secret de l’immortalité pour l’appliquer à l’ homme . Il est optimiste même s’il n’ a pas encore trouvé la recette.

Il rappelle qu’il s’agit plus d’une forme de clonage car  les cellules se renouvellent. Il considère aussi que pour l’homme, l’idéal serait de mettre en pause le processus plutôt que de l’inverser. Avant de pouvoir trouver le secret de l’immortalité, Shin Kubota espère que les hommes apprendront à vivre en harmonie avec eux-mêmes  et avec la nature.

Turritopsis dohrnii : Une deuxième méduse immortelle

Le vieillissement est un phénomène très étudié par les scientifiques et représente un domaine de recherche très sollicité. En 1988, Christian Sommer découvre la cousine de  la Turritopsis nutricula c’est-à-dire  la Turritopsis dohrnii. Cette petite méduse mesure environ 1cm de diamètre et a les mêmes propriétés immortelles que sa cousine.

Elle s’est répandue dans les fond marin et s’est adaptée à plusieurs habitats. On la trouve de la Floride aux eaux du Japon. Elle préfère les eaux plutôt chaudes et se nourrit de plancton, d’œufs de poisson et de mollusques. La plupart des individus sont génétiquement identiques, ce qui indique qu’ils ont sûrement été déplacés par des navires.

Connaissez-vous une autre espèce immortelle ? Partager avec nous vos idées dans les commentaires