Corail noir, l’une des espèces de coraux les plus fascinantes

by Lukas Joseph


Les coraux noirs sont aussi appelés antipatharia. Le corail noir est un ordre qui regroupes plusieurs espèces. les coreaux noirs apparaissent  en forme de buisson avec un squelette fin et souple, noir ou brunâtre recouvert d’un tissu vivant avec de petites épines d’environ 0,2 millimètres. Ils sont généralement de plusieurs  couleurs :  blanc, brun, jaune, noir, orange, rouge ou vert. Ces six polypes sont disposés sur un seul côté et contiennent des tentacules non rétractables.

Ils n’ont pas recours à la photosynthèse pour leur croissance, cette particularité leur permet ainsi de vivre dans des environnements peu lumineux ou très profonds. 

Le corail noir vit dans des fonds rocheux ou corraliens. Il peut abriter des crevettes ou encore des poissons fantômes.

Cet organisme est présent de l’arctique à l’antarctique, dans toutes les mers ouvertes. 

Consultez aussi notre article sur “le corail : le guide ultime pour tout savoir sur les coraux” !

Les coraux noirs : spécificités

On qualifie le corail noir de filtreur passif c’est-à-dire qu’il capture des planctons grâce à ses polypes lorsqu’il y a un  fort courant. Il se nourrit aussi d’éléments nutritifs qui se trouvent dans l’eau de mer.

Chez les coraux noirs, la reproduction a lieu en été car la température de l’eau fluctue et surtout parce qu’elle  est plus chaude. Elle s’effectue  principalement par ponte mais également par détachement de polypes. Cependant, si la croissance de cette espèce est plutôt lente,  elle a une longévité importante.

Le corail noir est apprécié en bijouterie. La convention de Washington est hostile  à  son exploitation mais il continue, cependant,  à être exploité car il est facile à travailler et plaît aux acheteurs. Depuis l’époque gréco-romaine, on lui attribue des vertus médicinales telles qu’un antidote contre les piqûres de scorpions et parce qu’il posséderait  des vertus aphrodisiaques. Plusieurs légendes parlent de l’utilisation de ce corail qui protégerait des mauvaises énergies.

Consultez également notre article sur “10 choses intéressantes à savoir sur les coraux” !

Comment reconnaître le corail noir?

Si vous plongez, vous aurez peut-être la chance de trouverr du corail noir. Pour le reconnaître, vérifiez que ces branches sont effilées et que ces polypes sont duveteux. Vous allez surement être surpris car, malgré son nom, le corail noir est en réalité blanc ou jaune clair selon l’endroit où vous le verrez.

Son squelette, en kératine, a inspiré son nom puisque la plupart des autres coraux sont en carbonate de calcium. Il est aussi composé d’antipathine et d’une protéine brune faite de soufre. Une fois mort, le corail perd ses polypes et dévoile son squelette qui n’est pas toujours visible.

Vous ne le rencontrerez qu’à partir de 40 mètres de profondeur jusqu’à plus de 8500 mètres, souvent fixé sur un rocher et pouvant atteindre deux mètres de haut. Bien qu’il soit rare, vous pouvez le trouver dans divers endroits : au large de la Bretagne, dans la mer Méditerranée, dans l’océan Indien ou encore dans l’océan Arctique. Les seuls endroits où ils ne se développent pas sont les mers fermées et dans l’eau douce. 

Le corail noir en danger

Le corail noir connait un grand succès en bijouterie. Il y est transformé en gemme organique. Ce qui augmente sa valeur., ce sont les molécules qui le composent  et qui rendent son squelette noir et brillant. Il est vendu poli à des amateurs de beaux bijoux. De plus, le corail est utilisé depuis l’antiquité pour réaliser des parures car il est facile à travailler et le rendu final est excellent.

Le corail noir est encore exploité malgré les recommandations de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES). Cette convention a pour but de limiter le commerce de cette espèce. Dans certains pays,  la vente y est même interdite. Un marché parallèle s’est alors développé. En 2016, 50 kg de coraux ont été retrouvés à Madagascar. Le trafiquant a été arrêté avant de pouvoir revendre le corail à un client étranger. Il a alors déclaré que le corail noir peut se vendre jusqu’à 120 euros le kilo.

Pour conclure, le corail noir est malheureusement en voie de disparition à cause du braconnage et de la pêche au chalut qui détruit les fonds marins. L’homme doit protéger cette espèce en limitant et en contrôlant son exploitation. Malheureusement, bien d’autres menaces pèsent sur le corail telles que le prédateur coussin de belle mère ou le réchauffement climatique.

Pour en savoir plus consultez également notre article sur “Ces 4 menaces qui pèsent sur les coraux” !