Marée noire, une menace de taille pour les océans

by Lukas Joseph


Une marée noire est une importante nappe de pétrole qui flotte sur la mer. Cela se produit après le naufrage d’un pétrolier ou d’une plateforme pétrolière. De manière, le plus souvent, accidentelle,  une grande quantité de pétrole va alors être déversée  dans la mer.

Le pétrole va ensuite flotter et s’étaler sur les eaux pour finalement s’échouer sur les côtes. Vraie catastrophe écologique, cet évènement a un impact sur les mers mais aussi sur les plages qui seront interdites aux baigneurs, sur les plantes, sur  les animaux qui seront asphyxiés , tout particulièrement  sur les oiseaux dont le plumage va être collé par le pétrole ce qui  les empêche  de voler.

Lisez également notre article sur la ” protection des océans : leur état d’ici 2050″ !

Marée noir : comment lutter ?

Les marées noires engendrent de grands dommages sur les écosystèmes et les activités économiques telles que l’aquaculture, la pêche et le tourisme. Les impacts sont tels qu’il faut avant tout instaurer des mesures de prévention.

Si celles-ci  ne se révèlent pas assez efficaces, d’autres mesures  doivent être mises en place progressivement pour réduire les effets de la marée noire. Ces opérations vont être influencées par les conditions météorologiques, la nature du pétrole déversé et la proximité des sites à protéger. L’objectif prioritaire  est d’agir rapidement et de protéger les sites les plus sensibles.

Lors d’un naufrage, il faut, en premier lieu,  stopper à partir de sa source,   le déversement du pétrole et limiter  ainsi  la nappe du pétrole déjà déversé en mer. Les équipes essaient d’arrêter les fuites tout en vidant les cuves de leur pétrole, ce qui s’avère souvent compliqué. De plus, si un site refuge se trouve  à proximité, le navire échoué y sera installé. S’il est au large, il sera éloigné du littoral pour éviter sa contamination. S’il y a peu de pétrole, des absorbants, fonctionnant comme de petites éponges, peuvent être utilisés.

Lorsque la nappe de pétrole ne s’approche pas du littoral, elle est simplement suivie par satellite et des micro-organismes se chargent de dégrader le pétrole.  Cette technique efficace  est choisie en priorité. 

En revanche, lorsque la nappe menace les côtes, la première étape est de protéger les sites sensibles. Des produits chimiques peuvent réduire la nappe de pétrole pour essayer de limiter les dégâts.  Néanmoins, ces produits peuvent aussi avoir des effets négatifs et contaminer l’eau et les  organismes vivants.

La dernière opération pouvant être utilisée, sont les barrages flottants. Ils peuvent être mis en place autour de la nappe de pétrole pour qu’elle soit ensuite absorbée ou le long des plages pour qu’elles soient nettoyées et que les animaux touchés y soient soignés.

Les marées noires : deux dates à retenir

Mars 1978

En mars 1978, le pétrolier Amoco Cadiz s’échoue le long des côtes bretonnes dans le Finistère. Son naufrage  dû aux mauvaises conditions météorologiques, provoque une marée noire considérée comme l’une des pires catastrophes écologiques de l’histoire.

En effet,  227 000 tonnes de pétrole brut et 3 000 tonnes de fuel sont déversées dans la Manche. Un plan d’action est rapidement mis en place : le plan Polmar. Des barrages flottants sont installés et de nombreuses forces humaines sont déployées mais les conséquences sur la faune et la flore restent destructrices.  On estime, en effet,  que 10 000 oiseaux ont péri et que 35 espèces de poissons ont été touchées.

Juillet 2020

En juillet 2020, le vraquier japonais MV Wakashio s’échoue le long des côtes de l’île Maurice. Il contient alors 200 tonnes de gazole et 3 800 tonnes de fioul. Même si les autorités se veulent rassurantes au départ, le 9 août, on apprend que 3 000 tonnes de carburant se sont déversées dans l’océan indien  et que le navire menace de se briser. Le 16 août, il se brise, en effet, et laisse fuir environ 100 tonnes de fioul.